ECOFECT


« Quoi de neuf en biologie ? » : trois conférences de l’Université Ouverte Lyon 1 proposées par Ecofect

Colloque / Séminaire

Share |

le 5 janvier 2015 /

Dans le cadre du cycle de conférences de l'Université Ouverte Lyon 1, en sciences du vivant, intitulé « Quoi de neuf en biologie ? », le Laboratoire d’Excellence Ecofect propose cette année trois conférences.

L’Université Ouverte Lyon 1 organise des cycles de conférences, destinés à tout public quel que soit son niveau de formation. Ces conférences sont effectuées par des enseignants chercheurs, des chercheurs et des professionnels de santé, issus principalement de l’Université C. Bernard Lyon 1.

La première intitulée « Quoi de neuf dans notre environnement sanitaire ? » sera donnée par Luc Perino, médecin, écrivain, essayiste, le 5 janvier 2015 à 14h dans l’amphithéâtre du CNRS, sur le campus de la Doua.
Cette conférence est ouverte exceptionnellement aux membres d’Ecofect qui souhaitent y assister. Pour cela, nous vous remercions de bien vouloir nous confirmer votre présence par email à laurence.naiglin@univ-lyon1.fr avant le 2 janvier.

Les deux autres conférences Ecofect seront données par :
- Dominique Pontier (co-directrice d’Ecofect, équipe « Ecologie évolutive des populations ») sur « Quoi de neuf sur la biodiversité des agents infectieux et de leurs hôtes ? » , le 16 février 2015.
- et Fabrice Vavre (équipe « Génétique et évolution des interactions hôtes-parasites ») sur «  Quoi de neuf sur nos interactions avec les microorganismes ? » le 2 mars 2015.

Résumé de la conférence « Quoi de neuf dans notre environnement sanitaire ? » :

Toutes les espèces co-évoluent avec leur environnement. Celui dans lequel a évolué homo sapiens a été « relativement » stable pendant quelques centaines de milliers d’années. Le premier changement majeur induit par l’homme est celui du néolithique entraînant l’apparition des zoonoses qui ont dominé la pathocénose de 10 000 BC à 1850 avec un nouveau pic épidémique qui a suivi les grandes migrations post Colombiennes. Le deuxième changement majeur est celui de l’urbanisation et de l’industrialisation massives avec perte du contact avec la terre et avec nos pathogènes usuels et apparitions de nouvelles nuisances environnementales non biotiques. Le troisième changement majeur fait suite à la révolution pastorienne (vaccins, hygiène antibiotiques) et ouvre une pathocénose dominée par les maladies cardio-vasculaires, auto-immunes, tumorales et dégénératives. La temporalité de ces nouvelles maladies nous oblige à repenser le concept même de maladie et oblige, plus que jamais, à reconsidérer les problèmes sanitaires à la lumière des sciences de l’évolution.

Date: 5 janvier 2014 de 14h à 16h

Lieu : Amphithéâtre  du CNRS, 2 avenue A. Einstein, 69100 Villeurbanne.

Contact : laurence.naiglin@univ-lyon1.fr