Communiqué | Recherche

Le projet InfectioTron est lauréat de l'appel d'offre national EQUIPEX+

Le 20 janvier 2021

Le projet propose une approche de santé globale intégrée et multidisciplinaire des maladies infectieuses.
 


Le projet InfectioTron, coordonné par l’Université Claude Bernard Lyon 1 avec 7 autres partenaires, est lauréat de l’appel à manifestations d’intérêt (AMI) Equipements Structurants pour la Recherche (E.S.R. : EQUIPEX+). Il vise à développer l’écosystème lyonnais pour mettre en œuvre le concept de « One Health » dans le domaine des maladies infectieuses émergentes.


Les interactions entre de multiples partenaires (hôtes naturels, réservoirs, vecteurs, agents pathogènes, microbiote, symbiotes...), modulées par des facteurs environnementaux et affectées par la mondialisation font partie du concept de "One Health ». Ces interactions apparaissent comme des éléments majeurs pour comprendre les questions de santé : la santé humaine dépend également de la santé des animaux, des plantes et même des écosystèmes, à travers de nombreux aspects tels que les transferts interspécifiques, la quantité et la sécurité alimentaires, l'exposition aux substances toxiques, etc.

Le projet InfectioTron propose un réseau unique et coordonné d'équipements et de plateformes complémentaires permettant l'analyse multi-échelle et multimodale des événements infectieux chez les hôtes vivants dans un niveau de confinement de haut niveau de sécurité. Il permettra de soutenir le développement de nouvelles lignes de recherche pour mener à bien des projets intégratifs dans le cadre du paradigme "One Health", reliant le terrain au laboratoire. Cela renforcera considérablement la communauté scientifique de la région Rhône-Alpes autour du thème de l'infectiologie et fournira, de facto, un environnement scientifique unique en France. De plus, le lancement récent du Pôle de Santé Publique Vétérinaire souligne la volonté que Lyon devienne un centre de référence international sur les approches One Health.
 

Le projet InfectioTron, porté par Fabrice Vavre (LBBE), François-Loïc Cosset (CIRI) et Fabienne Archer (IVPC), s'appuye sur trois leviers :
  • une communauté riche, reconnue et interdisciplinaire structurée dans le cadre du LabEx Ecofect. Le projet s'appuie sur une communauté réunissant praticiens hospitaliers, vétérinaires, infectiologues, immunologistes, écologistes et évolutionnistes couvrant la santé humaine, animale et végétale. Cette communauté sera élargie à la santé des plantes et sera fortement renforcée en fournissant des outils pour rassembler les partenaires autour de projets communs.
  • un écosystème de structures et de plateformes complémentaires et coordonnées. Unique en France, il permettra l'étude de systèmes infectieux depuis leur environnement naturel jusqu'à l'analyse des mécanismes moléculaires et cellulaires des infections, en utilisant des plateformes confinées de haut niveau technologique.
  • un outil pour le développement de l'écosystème lyonnais. Les installations confinées déjà existantes, le lien avec les Hôpitaux et l’accès rapide aux cas humains, les connections avec les plateformes d’épidémio-surveillance, les partenariats avec le tissu industriel seront renforcés.
Au total, cet ambitieux projet mobilisera 10 structures de recherche, 5 institutions académiques (Université Claude Bernard Lyon 1, ENS Lyon, VetAgro Sup, INSA, EPHE) et 3 organismes de recherche nationaux (CNRS, INSERM, INRAE).

Les structures de recherche impliquées: